Gabrielle P. : la liberté à vélo

Gabrielle P. : la liberté à vélo

Portrait de cycliste

Premier portrait d’une série qu’on espère longue et passionnante : comment chacune et chacun est devenu cycliste au quotidien. Pourquoi continuer ? Qu’est ce qui les inspire et les encourage ?

Je m’appelle Gabrielle, j’ai 31 ans, je suis Parisienne depuis 10 ans et je travaille en tant qu’assistante parlementaire. J’ai adopté le vélo au quotidien grâce au Vélib, et j’ai toujours trouvé ce nom bien trouvé : la première raison pour laquelle je me suis mise au vélo, c’est ce sentiment de liberté.

A vélo je vais à mon rythme et je fais un trajet efficace plutôt que de me plier aux contraintes des des transports en commun, je sens le vent sur mon visage, je me défoule…

La deuxième raison, c’est que quand je fais un trajet à vélo je passe un bon moment. Je vois toujours des petites choses réjouissantes sur le trajet, et je commence la journée du bon pied.

Enfin, je prends le vélo pour faire ma part car je suis persuadée que c’est l’avenir pour que Paris soit une ville agréable à vivre, où on respire bien, où le bruit ne nous assourdit pas, où on recrée du lien dans l’espace public.

J’avais envie de m’impliquer plus dans cette dimension politique, et quand j’ai découvert que Paris en Selle existait ça m’a paru être l’idéal pour donner du corps à mon engagement.

Vous aussi, vous voulez vous engager pour plus de vélo ? Adhérez à Paris en Selle !