Droit de réponse à Envoyé Spécial – Non, le vélo, ce n’est pas dangereux !

Droit de réponse à Envoyé Spécial – Non, le vélo, ce n’est pas dangereux !

L’émission Envoyé Spécial diffusait ce soir (jeudi 24 mai) sur France 2, un reportage intitulé “Autos, motos, vélos : le champ de bataille”. Devant la tonalité anxiogène et relativement négative à l’égard du vélo de ce reportage, l’association Paris en Selle, qui y a participé et y apparaît dans une séquence relatant une de ses actions, souhaite apporter des précisions utiles.

 

Tout d’abord, l’association se félicite de la réalisation et de la diffusion de ce reportage, qui montre que le sujet du vélo dans les grandes villes gagne en importance et en visibilité. Le récit des incidents, dangers et conflits entre usagers de la voie publique indique aussi l’urgence de se saisir du sujet pour les institutions et pouvoirs publics, ce qu’a toujours souhaité Paris en Selle.

 

Un reportage inutilement anxiogène

Néanmoins, la tonalité globale et la conclusion du reportage laissent entendre que faire du vélo est dangereux et très risqué, et que les cyclistes portent une large responsabilité dans cet état de fait.

C’est non seulement largement faux, mais cela risque aussi d’influencer négativement la perception du vélo comme solution de transport quotidien, ce que Paris en Selle regrette profondément.

Il convient de souligner, concernant l’accidentologie :

  • En tant qu’usagers vulnérables, les cyclistes sont avant tout des victimes, au même titre que les piétons, face à des véhicules motorisés 10 fois plus lourds et 2 fois plus rapides
  • Les statistiques nationales montrent effectivement que dans les accidents mortels impliquant un cycliste, celui-ci n’est responsable que dans 29% des cas, quand les motards et les automobilistes le sont dans près de 60% des cas, avec pour victimes des piétons (30% des cas) et des cyclistes (7% des cas, 81 victimes).
    (Chiffres 2016 – Sécurité Routière)

 

Dans le cas de la jeune femme, victime d’un accident, qui témoigne dans le reportage, la conclusion selon laquelle personne ne serait responsable est choquante. Les véhicules motorisés doivent toujours s’arrêter derrière les cyclistes, en particulier lorsqu’un sas vélo, trop rarement respecté, est prévu à cet effet. Et le manque de visibilité n’est qu’une raison de plus pour davantage de prudence de la part des conducteurs de poids lourds.

 

Concernant les comportements des cyclistes, dont le reportage sous-entend qu’ils sont souvent responsable des accidents, Paris en Selle tient à faire remarquer

  • Que les automobilistes, motards et scooters ont de nombreux comportements dangereux ou inconscients, en particulier à Paris : feux grillés ou forcés, stationnement dangereux pour les cyclistes (tel que montré dans le reportage), scooters roulant rapidement sur les trottoirs ou dans les pistes cyclables… Et ces comportements ont des conséquences potentielles autrement plus sérieuses pour les autres usagers qu’un cycliste qui enfreint le code de la route
  • Que l’absence d’aménagements séparés et protégés et d’une infrastructure urbaine adaptée aux vélos (temps de feux adaptés, sas vélos, carrefours protégés) peut parfois inciter les cyclistes à devancer ou contourner des indications réglementaires pour mieux assurer leur propre sécurité par une visibilité accrue et la mise à distance des véhicules motorisés.

 

Les bénéfices du vélo sont nombreux. Les solutions pour lui faire une place, aussi !

Enfin, Paris en Selle regrette que le reportage ait fait l’impasse sur les bénéfices du vélo :

  • Apaisement de la ville
  • Réduction de la circulation et donc du bruit et de la pollution dans les centres urbains
  • Effets positifs sur la santé des cyclistes quotidien, grâce à l’activité physique quotidienne que permettent des trajets domicile-travail en vélo

 

Ainsi que sur les solutions possibles aux conflits – bien réels, mais surmontables – avec les autres usagers de la route, dont Paris en Selle fait, avec d’autres, la promotion continue auprès des élus et décideurs publics

  • Création de pistes cyclables séparées et protégées des véhicules motorisés comme des piétons
  • Aménagements de carrefours sécurisés pour les cyclistes
  • Incitation au développement du vélo comme mode de déplacement quotidien : réduction de la place de la voiture, stationnements vélo sécurisés, encouragements fiscaux, etc.

 

La bataille entre usagers de la voirie n’est pas une fatalité. Si la France veut devenir un pays cyclable et encourager le développement du vélo urbain, il est urgent de sécuriser les cyclistes, par des aménagements dédiés et une lutte contre la violence motorisée dont ils sont victimes tous les jours et que ce film a le mérite d’exposer au grand jour.

 

Pour toute information supplémentaire

Notre site : parisenselle.fr

Email : contact@parisenselle.fr