Paris en Selle a testé les nouveaux Vélib’

Paris en Selle a testé les nouveaux Vélib’

Un nouveau vélo qui fait le plein de nouveautés : on est conquis

L’un est vert, l’autre est bleu. La couleur du panier et du garde-boue arrière permet de distinguer les Vélib’ à assistance électrique, les bleus, qui représenteront 30% de la flotte, des Vélib’ «normaux», les verts. De prime abord, le look n’est pas radicalement différent, mais le design fait plus moderne. La touche colorée apportée à ce nouveau modèle détonne face au gris souris du Vélib’1 et les rend moins passe-partout.

Cependant, la plus grosse révolution se trouve dans l’électronique embarquée. Fini, le temps des bornes où il faut déposer son pass Navigo ou sa carte Vélib’ pour déverrouiller le vélo. Désormais, tout passe par le «V-box», un boitier connecté placé sur le guidon. C’est par ce boîtier que l’on déverrouille le vélo pour le retirer d’une station. C’est aussi lui qui affiche la vitesse et la distance parcourue, et avec lequel on peut connecter son smartphone en bluetooth pour suivre un itinéraire. Au moment de rendre le vélo, il faut aussi passer par ce boîtier pour interrompre la location et bloquer la fourche. Et si l’on souhaite attacher le Vélib’ provisoirement, le temps d’acheter son pain par exemple, c’est aussi via ce boîtier que l’on pourra verrouiller le câble antivol : plus de petite clé que l’on a peur de perdre ! Aussi, tous les Vélib’ disposent d’une prise USB, accessible dans le panier, pour recharger son smartphone pendant qu’on roule.

Une prise USB permettant de recharger son smartphone est logée dans le panier

 

Quand on le prend en main, on voit que le Vélib’2 a le souci du détail. La poignée pour régler la hauteur de la tige de selle est beaucoup plus maniable, et la tige est graduée : pratique pour retrouver sa hauteur idéale rapidement. Ainsi, si l’on sait que la hauteur voulue correspond au «2» ou au «5», le réglage est effectué en un coup de main ! La forme du guidon permet d’adopter une position idéale pour des déplacements en ville, et un effort tout particulier a été apporté aux poignées, qui sont particulièrement confortables.

Le panier change radicalement par rapport au précédent modèle : du métal, il passe en plastique, ce qui permet une économie de poids non négligeable. Sa contenance est relativement semblable, mais il n’a plus de logement pour le câble antivol, celui-ci se trouvant dans la poignée droite du guidon. Révolu, le temps des gling-gling de l’antivol cognant sur le panier lors des traversées des pavés parisiens. Un élastique fait aussi son apparition : il permet de maintenir dans le panier toutes les affaires que l’on aurait envie d’y loger. Pratique. Et sur cet élastique se trouve une housse étanche permettant d’y glisser un smartphone. Attention tout de même si vous avez opté pour un modèle king size : il n’est pas sûr que les plus grands modèles rentrent dans la housse. Le choix du plastique interroge, surtout lorsque l’on sait ce que subissent les paniers des Vélib’. Le nouveau prestataire, Smoovengo, assure toutefois que ce matériau a déjà été testé dans plusieurs villes et qu’il est très résistant : à la fois solide pour supporter du poids, et souple pour encaisser des chocs. C’est à l’usage que l’on pourra voir si ce choix est judicieux.